We use cookies to personalise content and ads, to provide social media features and to analyse our traffic. Read more…
Thursday
05
APR

Café Ethique n°4: Femmes & Entrepreneuriat

12:30
14:00
Centrale Lyon
Event organized by Centrale Lyon

Get Directions

Category
#var:page_name# cover

L'équipe des Cafés Ethique vous présente le quatrième café de l'année, Femmes & Entrepreneuriat. Autour des problématiques suivantes: Quelles sont les problèmes que les femmes voulant monter leurs entreprises rencontrent tout particulièrement ? Comment et pourquoi les types d’entreprises montées par les femmes — de par leur taille, leur capital et leur secteur — se distinguent-ils de celles montées par les hommes ? Comment expliquer que les femmes soient moins enclines que les hommes à créer leurs entreprises, alors même qu’elles semblent avoir une vision de l’entrepreneuriat tout aussi positive que les hommes ?
Ces phénomènes de discrimination de genre tendent-ils à s’estomper ? Dans quelles mesures ces éléments illustrent le cas général du monde professionnel dans son ensemble ? Y a t il des mesures particulières d’accompagnement des femmes pour monter leur entreprise ?

Ce café aura lieu au sein de l'amphithéâtre 202 de l'école Centrale Lyon le jeudi 5 avril de 12H30 à 14H.

Lors de ce café débattront:
• Sophie Boutillier : Économiste - Sociologue, Directrice du master Management de l'innovation, Réseau de recherche sur l'innovation, CLERSE (UMR-CNRS 8019), Université du Littoral-Côte d’Opale
•Karine Passagne : Membre du Centre des Jeunes Dirigeants (CJD), Fondatrice de CO3 Coaching

Parmi les grandes tendances du monde professionnel d’aujourd’hui, l’entrepreneuriat fait figure d’accomplissement professionnel et personnel. Dans un contexte néolibéral valorisant la flexibilité, l’innovation et la prise de risque, l’initiative personnelle a trouvé son mode d’être le plus intense à travers la création de sa propre entreprise. Symbole de courage, de prise d’initiative, l’entrepreneur est celui qui brave seul les nombreuses difficultés qui peuvent se poser dans cette démarche de création. Ils sont admirés, et suscitent des désirs d’imitation. Steve Jobs, Bill Gates, Elon Musk, autant de figures qui ont peuplé notre imaginaire.

Selon l’Insee, 2,7 millions de français étaient des indépendants ou des dirigeants salariés d’entreprise en 2012 (hors secteur de l’agriculture), soit près de 11% de la population active. En 2016, il est établi qu’un actif sur 3 souhaite se mettre à son compte. Cette proportion explose à 55% chez les jeunes de 18 à 34 ans, et 49% chez les ouvriers.

Néanmoins, hommes et femmes ne sont pas égaux face à ce phénomène. De prime abord, les 40% de femmes parmi les créateurs d’entreprises pourraient laisser croire à une quasi égalité. Mais en amont de la création d’entreprise, les femmes sont moins nombreuses que les hommes à vouloir se lancer, et s’estiment souvent moins compétentes. Elle semblent également moins ambitieuses : les femmes privilégient les très petites structures, et bien souvent sont seules membres de leur entreprise. Pour les structures de plus de cinq membres, les hommes sont deux à trois fois plus présents et seulement 15% des dirigeants d’entreprises de 20 à 49 personnes sont des femmes. Un rapport deux distingue aussi le chiffre d’affaire des entreprises montées par des hommes et par des femmes, au détriment de ces dernières. On observe aussi de grandes disparités dans les secteurs d’activités : les femmes sont surreprésentées dans la santé ou le service à la personne, alors qu’elles sont presque absentes dans le bâtiment ou les transports. Pourtant, la pérennité à trois ans et à cinq ans est la même pour les hommes et les femmes.

Comment expliquer de telles différences de chiffres ? Ce phénomène n’est pas spécifique à la création d’entreprise. En effet, les inégalités de genre se retrouvent dans l’ensemble du monde du travail, et leurs conséquences sont nombreuses sans que l’on prenne pleinement conscience de leur existence, les corps et les inconscients étant hautement déterminés. De fait, l’homme est systématiquement perçu comme plus rationnel et courageux — précisément deux qualités réputées essentielles pour les entrepreneurs. Le champ des fondateurs d’entreprises cristallise avec une grande intensité un ensemble de différences de perceptions entre hommes et femmes intériorisées par l’ensemble des acteurs. Étudier les différences de comportements de genre dans ce domaine spécifique permet d’illustrer de quelles manière le genre influence le monde professionnel à partir d’un cas paradigmatique pour aujourd’hui et demain.