We use cookies to personalise content and ads, to provide social media features and to analyse our traffic. Read more…
Wednesday
11
APR

Conférence "Ethique de la considération" par Corine Pelluchon

19:00
22:00
Institut Rachi Troyes
Event organized by Institut Rachi Troyes

Get Directions

Category
#var:page_name# cover

Mercredi 11 avril 2018 à 19h (date modifiée) Ethique de la considération, par Corine PELLUCHON

Par l'auteur du "Manifeste animaliste".

Cycle « Nourritures terrestres, nourritures spirituelles » en partenariat avec la médiathèque du Grand Troyes.

Présentation du dernier livre de Corine Pelluchon, édité au premier trimestre 2018 aux éditions du Seuil.

Il s’agit de souligner la pertinence et l’actualité d’une approche de la morale: l’éthique des vertus. Au lieu de se focaliser simplement sur les normes (principes, obligations, interdictions, devoirs) ou sur les conséquences de ses actes, l’éthique des vertus s’intéresse aux motivations concrètes des agents moraux. Celles-ci ne renvoient pas seulement à leurs représentations, mais également à leurs émotions, à leurs affects et à l’ensemble des traits moraux les disposant à se gouverner, à être tempérants, etc.
Cette interrogation sur la vie bonne s’inscrit dans l’héritage des philosophies de Platon et d’Aristote. Néanmoins, son contexte est lié aux problèmes actuels : la difficulté à opérer la transition environnementale, la violence envers les vivants et la fragilité des démocraties libérales. Quelles vertus permettraient aux individus de tenir les promesses des éthiques environnementales et animales qui, en dépit de leur créativité intellectuelle, ont échoué à faire entrer l’écologie et la question animale en politique et à inspirer les changements nécessaires dans nos styles de vie ? Faut-il créer une nouvelle éthique des vertus environnementale et animale, puisque les théories morales d’Aristote à Jankélévitch n’abordent pas ces thèmes ? Ou bien les vertus propres au rapport à soi et aux autres ont-elles également un sens dans notre rapport aux autres vivants et à la nature ? Notre hypothèse est qu’une seule éthique des vertus est nécessaire, mais elle repose sur une philosophie de la corporéité qui confère à la théorie morale et politique une base solide, associée à certaines notions éclairant la condition humaine.
Si la considération, qui est une manière d’être acquise, implique que le rapport à soi est la clef du rapport aux autres, humains et non humains, et à la nature, il convient d’infléchir les morales antiques qui font l’éloge de la magnanimité, en faisant plus de place à la fragilité. Le premier infléchissement vient de l’héritage chrétien, tel qu’on le voit chez Bernard de Clairvaux qui souligne, dans De la considération, l’importance de l’humilité. La notion de considération est toutefois réinterprétée dans un contexte laïc, ouvrant sur une réflexion sur le monde commun. Nous développerons quelques aspects de la philosophie de l’existence sur laquelle repose la considération, en insistant sur le rôle que joue l’interrogation sur la finitude, la vulnérabilité et la naissance. Enfin, la prise au sérieux de la destructivité humaine conduira à identifier les obstacles à la considération et à préciser ce que pourrait être une éducation morale permettant d’émanciper le sujet et de réenclencher un processus civilisationnel.

Corine Pelluchon est professeure de philosophie à l’université Paris-Est-Marne-la-Vallée

*Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles