We use cookies to personalise content and ads, to provide social media features and to analyse our traffic. Read more…
Sunday
29
APR

Vernissage TERRE

14:00
17:00

Get Directions

Category
#var:page_name# cover

29 avril au 17 juin 2018
TERRE
Amélie Pomerleau & le duo Durocher – Schueler
Boutique de céramique sur place
Vernissage: dimanche 29 avril, 14h//

Du 29 avril au 17 juin prochain, se tiendra à la Maison des arts et de la culture de Brompton (MACB) l’exposition Terre mettant en lumière le travail d’Amélie Pomerleau et du duo Durocher – Schueler (Maxime Durocher et Sylvie Schueler). La céramique y sera à l’honneur. Découvrez également la boutique éphémère avec différentes artistes céramistes de la région au deuxième étage de la MACB; Laure Bonneville, Réjean Côtes, Maxime Durocher, Stéphanie Fauteux, Ann-Marie L.Morin, Barbara Meilleur, Amélie Pomerleau et Michel Louis Viala. Le vernissage aura lieu le dimanche 29 avril à 14h. On vous y attend en grand nombre!


Démarche d’Amélie Pomerleau

Récipiendaire d’une bourse du Conseil des arts et des lettres du Québec pour la réalisation du projet Territoires féminins, l’artiste Amélie Pomerleau se penche sur l’idée de carapace, de protection, de lieu sacré du féminin et de ses cicatrices. À travers des œuvres céramiques, photographiques, ainsi qu’une mosaïque issue d’un projet de médiation culturelle, l’artiste souhaite mettre la femme au centre de l’histoire, lui donner une place de choix sur un territoire trop souvent investi par le masculin; sa découverte, son appropriation, son exploitation ne sont que des exemples. C’est en travaillant les coquilles de bassins qu’est apparue l’idée d’une deuxième peau: croûte terrestre durcie pour endurer et témoigner de la cruauté de l’expérience humaine. Se rapprochant des dimensions réelles du corps, les sculptures d’Amélie Pomerleau créent ainsi un lien saisissant avec le public. La série de photographies, réalisée en collaboration avec la photographe Marianne Deschênes, est directement inspirée de ces coquilles sculptées à même le corps de la femme, met l’accent sur l’armure et la protection qui durcit notre sensibilité. Finalement, le projet de médiation culturelle avec le centre de femmes La Parolière de Sherbrooke a donné lieu à une murale symbolique. Les participantes ont pu expérimenter la sculpture d’argile et ont créé des tuiles de forme arrondie. Par addition d’éléments ou soustraction, la murale exprime leur lieu d’intimité : un nouveau territoire.

Collaborateurs et partenaires du projet Territoires féminins
Marianne Deschenes, Le Centre d’art Rozynski, Le Centre des femmes La Parolière, la Ville de Sherbrooke, Conseil des arts et des lettres du Québec, (entente de partenariat territorial en lien avec la collectivité de l’Estrie).

Biographie d’Amélie Pomerleau
Née en Alberta, élevée en Ontario et installée au Québec depuis l'adolescence, l'artiste visuelle Amélie Pomerleau est imprégnée des grands espaces nordiques qui l'ont vue grandir et d’un vécu personnel atypique. Maîtrisant une pluralité de techniques et de matériaux, l’artiste estrienne s’inscrit dans une pratique d’art actuel par sa singularité et la dualité percutante de ses créations. Ses oeuvres sont présentées lors d’expositions solos et collectives depuis 2006. Son parcours comprend de vastes études en arts, dont un baccalauréat avec majeure en sculpture à l’Université Concordia et un DEP en taille de pierre, ainsi que divers stages et formations spécialisées en dessin, sculpture, gravure au jet de sable, taille de pierre, poterie et modelage auprès de professeurs réputés au Québec, en Italie et en France.


Démarche du duo Durocher – Schueler
Constitué de pièces en céramique, le projet Alterre propose un regard sur le thème de la terre altérée par le passage du temps. L’installation dans sa globalité évoque l’empreinte des vestiges du passé et s’interroge sur ce que nous léguons aux générations futures, héritage qui deviendra inévitablement artéfacts. Issue de la terre, l’argile provient de l’accumulation de sédiments qui se superpose en couches sur la lithosphère et que l’on nomme strates. Dans un souci d’exploration de la matière et d’expérimentation de procédés, le duo Durocher-Schueler expose différentes interprétations de strates et ce à diverses échelles. Avec l’usure du temps, les strates perdent graduellement leurs contenus historiques et s’altèrent par des glissements, des fissures, des failles, des ruptures, et également par l’intervention humaine. De manière poétique, l’œuvre principale « in situ » tente un rapprochement métaphorique avec la mémoire durant les parcours de l’existence. Au même titre que les sédiments s’amassent en couches, les souvenirs se déposent doucement dans notre mémoire et avec le temps se brouillent et s’altèrent selon les aléas de la vie.

Biographie du duo Durocher-Schueler
Le collectif estrien Durocher-Schueler se compose de deux personnes aux approches différentes et complémentaires ; Sylvie Schueler, artiste multidisciplinaire et Maxime Durocher, céramiste autodidacte et ingénieur de formation. La pratique multidisciplinaire de Sylvie se consacre principalement à la peinture, à la sculpture en bas-relief et à l’exploration des images composites numériques. Ayant participé à plusieurs expositions collectives en Estrie, Sylvie Schueler est surtout connue pour ses installations murales qui conjuguent peinture et céramique. Ayant à cœur une constante recherche artistique et afin d’acquérir de nouvelles avenues de création, elle a terminé en 2017 un diplôme de 2ième cycle en pratiques artistiques actuelles à l’Université de Sherbrooke. Maxime Durocher vit et travaille à Sherbrooke, il est membre de la Corporation des métiers d’art en Estrie depuis 2016. Il a participé à plusieurs expositions collectives en tant que céramiste. En quête d’une compréhension sur les relations entre la terre, l’air, l’eau et le feu, Maxime élabore ses procédés de façonnage et développe ses glaçures céramiques.


Boutique de céramique
La boutique de céramique prendra place pour une première fois au deuxième étage avec les œuvres sculpturales et/ou utilitaires de talentueux céramistes de l’estrie en collaboration avec Le centre d’art Rozynski; Laure Bonneville, Réjean Côtes, Maxime Durocher, Stéphanie Fauteux, Ann-Marie L.Morin, Barbara Meilleur, Amélie Pomerleau et Michel Louis Viala. Profitez-en pour encourager les artistes de l’Estrie en repartant avec une œuvre à la maison.

Renseignements :
Maude Charland-Lallier
Directrice
Maison des arts et de la culture de Brompton
819 846-1122
info@maculturebrompton.com