We use cookies to personalise content and ads, to provide social media features and to analyse our traffic. Read more…
Friday
23
MAR

Vincent Glowinski - Sketches

16:00
18:00
Mathilde Hatzenberger Gallery
Event organized by Mathilde Hatzenberger Gallery

Get Directions

Category
#var:page_name# cover

Mathilde Hatzenberger est heureuse d’annoncer la première exposition personnelle à la galerie de Vincent Glowinski.
A la fois réservoir de formes et archives, il a été bien difficile de choisir dans un fonds d’atelier touffu démontrant une vitalité, un foisonnement, comme une maestria extraordinaires. Aussi « Sketches » réunit un ensemble d’œuvres sur papier à la vocation diverse : feuilles pour elles-mêmes, croquis, saynètes, maquettes de fresque, projets et souvenirs de performance principalement à l’encre, mais aussi crayons, technniques mixtes et collages de toutes dates. L’exposition présente également une petite sélection de sculptures et marionnettes qui permettent de comprendre à quel point l’œuvre, à la ville comme à la scène, ou à l’ombre de l’atelier, forme un tout compact.
Le masque de Bonom tombé depuis déjà un certain temps, c’est bien Vincent Glowinski, passé de l’ombre à la lumière, que nous nous réjouissons d’accueillir bientôt. Pas question ici de lever la tête à la recherche des « papillons » que le monte en l’air s’amuse la nuit à épingler sur de vastes cimaises à ciel ouvert ou de rechercher dans les gros titres des journaux quelles créatures nées la nuit dernière, racontant notre temps curieux où les représentations les plus simples et les plus naturelles déclenchent à la fois polémiques et applaudissements ; mais de voir que l’art de Glowinski résiste même loin des cimes de la ville ou du devant de la scène, même débarrassé de toutes onces polémiques. En effet, cette première sélection assez radicale propose une promenade dans le monde terrestre, celui que l’on ne saurait dater avant ou après l’ère de l’Homme. Une vaste forêt peuplée d’animaux et de squelettes, un ébat solitaire et allégorique, loin des forces perturbatrices féminines vraisemblablement génératrices de chaos. Ici un monde apparemment pacifié, parfois dur et inquiétant, mais aussi drôle et étrangement poétique. L’ivresse et l’excitation mêlées d’une disparition annoncée.
Dans un rapport plus intime et plus simple pour le spectateur, force sera donc de constater quel que soit le lieu, Glowinski livre toujours des combats risqués, y compris avec un simple crayon ou pinceau, et une petite feuille. Une gageure que l’artiste s’était jusque-là épargnée.