We use cookies to personalise content and ads, to provide social media features and to analyse our traffic. Read more…
Thursday
26
APR

Rencontre avec Marie Cosnay

19:00
21:00
Myriagone
Event organized by Myriagone

Get Directions

Category
#var:page_name# cover

En octobre dernier sortait aux éditions de L'Ogre une nouvelle mouture des Métamorphoses d'Ovide, fruit de plus d'une décennie de travail pour Marie COSNAY, auteure, traductrice et enseignante. Une nouvelle version donc, qui nous révèle un nouveau visage de cette œuvre, pierre angulaire des lettres classiques, fondement d'une part de notre culture, inspiration inépuisable pour nombre d'artistes et d'auteurs.

C'est évidemment un travail d'une ampleur colossale dont s'est chargée Marie COSNAY, et c'est un immense plaisir de la recevoir dans nos murs pour parler de ce projet et de ce monstre littéraire que sont "Les Métamorphoses". Place aux mots de l'éditeur pour en dire un peu plus en attendant, et, on l'espère, vous donner envie d'être parmi nous pour sa venue :


"La traduction d’un livre aussi extraordinaire que Les Métamorphoses d’Ovide relève d’une forme de folie. Imaginez : une traduction fleuve de plus de dix ans et de quelque 12 000 vers. [...] Une nouvelle traduction donc, qui vient s’ajouter à celles de Georges Lafaye et d’Olivier Sers aux Belles Lettres ou à celle de Danielle Robert chez Actes Sud.

Non seulement Les Métamorphoses fait partie de ces œuvres qui méritent et appellent plusieurs traductions, mais il en manquait une, celle qui révélerait toute la modernité de l’écriture d’Ovide et qu’on lirait non pas comme un texte antique, mais comme de la poésie ou comme un roman d’aventure.

Traduire, c’est construire à partir de ce qui a été construit, recommencer en partant des mêmes principes. On en rajoute une couche : on re-re-fait le monde, le nôtre, en partant de très loin, celui du vieil Ovide d’il y a 21 siècles. Il s’agit de sortir Ovide du décor et des classes de latin, et de réussir avec Ovide ce que Jean-Michel Déprats a fait avec Shakespeare ou André Markowicz avec Dostoïevski. Le latin d’Ovide est novateur, c’est un latin qui lui est propre (qui est fait de plein de choses, de grec, de pas mal de Virgile, etc.). Quand il écrit Les Métamorphoses, il n’obéit pas tout à fait aux règles et aux codes littéraires de son époque. C’est cette originalité que Marie tente de traduire. Durant toutes ces années, quand elle écrit, c’est avec le compagnonnage d’Ovide, et quand elle traduit, c’est toute la diversité de son écriture, au croisement du récit, de la poésie et de la réflexion politique, qui converge vers un but, rendre aux Métamorphoses sa dimension orale, populaire et contemporaine."

Venue

Myriagone